La Passe de l’Etang aux Lotus
(©traduction Jean-Claude Mitteau)

Nous commençons dans cette édition du site la publication d’une bande dessinée chinoise trouvée au Fujian en 2002. Il s’agit d’un petit livret de format  12.5 x 10 cm racontant une histoire épique de l’époque des Song du Sud, au 12ème siècle de notre ère. La série complète comporte 16 fascicules. Celui-ci est le 7ème, publié en 1981. Le prix était de 2 maos (un mao est un dixième de yuan).

 Page de couverture du fascicule

Nous donnons tout d’abord la traduction des textes situés en tête de la bande dessinée et une tentative de traduction des prénoms, noms communs en chinois :

Préambule à  la présente réédition.

Le « Shuo Yue Quan Zhuan » (« Chronique intégrale des paroles de Yue ») est une
œuvre ancienne de la littérature des chansons de geste. Pendant de nombreuses années, elle fit partie du folklore de notre pays (c’est un Chinois qui parle) comme répertoire des conteurs ambulants. Cette histoire était grandement appréciée de tous les gens qui l’écoutaient. Yue Fei (Yue Rapide comme l’oiseau) et ses officiers généraux résistèrent solidement aux troupes de l’envahisseur Jin qu’ils combattirent avec courage, vaillance et, pendant de nombreuses années, une conscience sans peur de leur sacrifice probable. Générations après générations ce récit enthousiasma et éduqua ses auditeurs. Tout le monde aimait et respectait Yue Fei. On disait : « autant il est simple de faire bouger une montagne, autant il est difficile d'ébranler l’armée de Yue » ; ce genre de phrase contribua à étendre la renommée de ce général et celle de son armée.

Cependant, par suite des limites dues aux façons de penser de son époque et de sa classe sociale, tout en menant sa lutte contre les Jin, il faut dire aussi que Yue Fei opprimait et appelait parfois les troupes de paysans révoltés à la reddition ; sa conception qui s'exprimait par la phrase « exprimer sa reconnaissance à son pays avec une parfaite loyauté » était un système d’inféodation d'hommes loyaux et de qualité. Sans aucun doute, par cette manière de faire, Yue Fei n'avait aucune honte à être devenu l'un des héros extraordinaires de notre ancien pays.

La série de bandes dessinées que nous présentons a été adaptée d’après le roman « Shuo Yue Quan Zhuan », l’édition s’en est poursuivie successivement pendant la période 1958-1960. À ce moment-là nous eûmes un grand nombre de lecteurs. Aujourd’hui, de nouveau sollicités par un grand nombre de personnes, nous réalisons une seconde édition de ces aventures.

Résumé du fascicule précédent

Le précédent volume « La grande guerre du Ai Hua Shan » (montagne de l’amour brillant !), raconte comment l’armée de 300 000 hommes des Jin, monta à l’assaut de l’embarcadère du Fleuve Jaune, Liu Yu (Liu Henan) étant de connivence avec Cao Rong (Cao Luxuriant) pour lui ouvrir l'accès du Fleuve Jaune. Ji Qing (Ji Jeune et vert) étant ivre laissa traîner l’affaire, l’excellente armée des Ai Hua Shan sous les ordres de Yue Fei fit alors subir une grande défaite à l’armée des Jin. Jin Wushu (Jin Technique offensive) réussit à s’échapper, mais fut de nouveau défait par l’armée de Yue Fei dans les Qilin Shan (montagnes des Qilin). Dong Fang (Dong le Bon), Zhang Guoyang  (Zhang Pays chanceux) combattirent par erreur Niu Gao (Niu la Falaise) et Wang Gui (Wang Précieux). Ruan Liang (Ruan le Bon)  captura Wushu qui avait été de nouveau battu. Yue Fei était sur le point de faire construire une embarcation pour le rattraper, quand arriva soudain un Ordre Saint du Fils du Ciel de rejoindre le lac Taihu afin de réprimer Yang Hu (Yang Tigre).

Le présent volume raconte comment Yue Fei calma Yang Hu puis Yu Hualong (Yu Dragon transformé), et leur ordonne de joindre leurs forces contre l’armée des Jin. Jin Wuchu attaque de nouveau les deux passes de l’étang  des Lotus (Ou Tang) et de la rivière Fan. Niu Gao, saisi par l'ivresse, défait l’armée des Jin. À la suite de cet exploit Yue fei l'incite au mariage, tout en interdisant les relations familiales dans le commandement. Liu Ni (Liu le Sauvage) commet un attentat, Meng Bangjie (Meng Nation remarquable) doit faire retraite sous la contrainte, et conduit Hu Tianqing (Hu Célébration du ciel) et quatre grands officiers à retourner chez les Song. Nian Han (Nian le Singulier) est défait à la passe de l’Etang des Lotus. Zhu Geying (Zhu Chanvre éminent), Dong Xian (Dong Premier) et d’autres se soumettent enfin à Yue Fei. Yue Fei grâce à sa sagacité prend avec lui He Yuanqing (He Cérémonie première). L’empereur Gaozong  émet un ordre qui mande Yue Fei pour ramener l’armée vers le Grand Lac, afin de réprimer les menées de Yang Ma.

N.d.T. « Shuo Yue Quan Zhuan » est un roman historique en 80 chapitres écrit au 18ème siècle par Qian Cai (à l'époque des Qing). Comme tous les grands romans chinois du moyen âge que sont La pérégrination vers l’ouest, Au bord de l’eau ou Le roman des trois royaumes, ce roman a puisé inspiré dans le répertoire des conteurs populaires qui parcouraient alors le pays. Yue Fei (1103-1142) a été le soutien militaire du régime des Song du Sud (1127-1279) face aux envahisseurs mongols qui avaient donné naissance à la dynastie des Jin (1115-1234) et dominait le nord de la Chine. La capitale des Song était cette ville de Hangzhou célébrée déjà par Marco Polo. Cette période a été l’une des plus brillantes qu’ait connu la Chine. La popularité de ce grand général était immense, cependant, il ne chercha jamais à prendre le pouvoir politique (ce qui était exceptionnel à cette époque) et finit calomnié par ses ennemis et condmané à mort. Aujourd'hui encore on célèbre ce héros.

Le nom de famille Yue s’écrit 岳, il ne faut pas confondre ce caractère avec celui du royaume du sud du Yang-tse qui se prononce de la même façon et s’écrit .



 

De gauche à droite et de haut en bas

呼天庆

Hu Tianqing

余庆

Yu Qing

金彪

Jin Biao

余化龙

Yu Hualong

岳真

Yue Zhen

陈君佑

Chen Junyou

公孙郎

Gong Sunlang

岳飞

Yue Fei

呼天保

HuTianbao

张宪

Zhang Xian

何元庆

He Yuanqing

耿明达

Geng Mingda

孟邦杰

Meng Bangjie

诸葛英

Zhu Geying

金节

Jin Jie

吉青

Ji Qing

牛皋

Niu Gao

张立

Zhang Li

耿明初

Geng Mingchu

董先

Dong Xian

杨虎

Yang Hu

施全(?)

Shi Quan

汤怀

Yang Huai

王贵

Wang Gui

张用

Zhang Yong

谢昆

Xie Kun

刘豫

Liu Yu

张从龙

Zhang Conglong

粘罕

Zhan Han

哈迷蚩

He Michi

金兀术

Jin Wushu

斩着摩利之

Un des faucheurs (?)

忽耳迷(?)

Hu Ermi

刘猊

Liu Ni

 Les signes (?) indiquent une incertitude sur le déchiffrement des caractères ou la traduction

 

 1       Les peuples des rives du Lac Taihu, à l’époque de la fin des Song, sans moyens de défendre leur existence face aux lourds impôts et taxes du mandarin local, prirent comme chef un pêcheur du nom de Yang Hu. Ils installèrent un camp dans la montagne de l'est du Lac Taihu pour pouvoir résister aux troupes du mandarin.

2       Après avoir écrasé les troupes Jin dans la montagne Ai Hua, Yue Fei est en train de s’occuper de l’embarcadère du nord du Fleuve Jaune, reprenant monts et rivières dans la province de Yan quand il reçoit soudain un édit saint de Gaozong (l’empereur), le faisant commandant suprême pour les Cinq Provinces et le dépêchant au Lac Taihu afin de mener une expédition punitive contre Yang Hu. Au reçu de l’ordre impérial, il mande Niu Gao, Wang Gui, Tang Huai et Zhang Xian, quatre commandants militaires, pour mener l’avance des troupes. Après une marche de quelques jours; Niu Gao et les autres arrivent dans la préfecture de Ping Jiang.

3       Niu Gao et les autres, quatre grands généraux, se répartissent le travail dans quatre directions distinctes afin de garder les rives du Taihu. C’est justement ce jour-là la fête de la mi-automne et pendant la nuit, Niu Gao boit jusqu’à l’ivresse , tout à la joie du vin il appelle un batelier : il veut aller faire un tour sur le lac.

4       Niu Gao n’est pas très malin, il se précipite droit devant lui. Il ne peut savoir qu’à ce moment là une patrouille de Yang Hu est justement en train de surveiller le lac. Il est bousculé par un navire et son embarcation chavire. Il est aussitôt fait prisonnier et emmené au camp retranché.

5       Quelques jours plus tard, Yue Fei conduisant le gros de ses troupes rejoint le Tai Hu. Apprenant que Niu Gao est prisonnier, son sang ne fait qu'un tour. Il envoie en urgence Tang Huai sur la montagne de l’est du lac avec un message demandant la libération de Niu Gao et la soumission à la dynastie (des Song).

6       Tang Huai rencontre Yang Hu et lui explique la raison de sa venue mais Yang Hu ne veut par se soumettre. Il déclare même vouloir engager les hostilités avec Yue Fei cinq jours plus tard : « mes soldats sont excellents, je peux attaquer, je peux me retrancher, nous sommes compétents, nous allons donc nous battre. » 

À suivre Retour

Retour à la page d'accueil

© Jean-Claude Mitteau